La Lettre n°37 : février 2022

Fév 15, 2022

Patrick Gasser

Médecine spécialisée libérale versus financiarisation mercantile de la Santé

 

Avenir Spé est un syndicat entièrement dédié à la promotion d’une Médecine spécialisée libérale, éthique, experte et indépendante. Ces trois termes sous-tendent notre projet et il convient de les expliciter :

  • MÉDÉCINE : les médecins partagent une éthique inscrite dans le Serment d’Hippocrate et le Code de déontologie médicale. La valeur suprême est l’intérêt du patient.
  • SPÉCIALISÉE : les médecins spécialistes ont fait le choix de se consacrer à un domaine précis de la médecine de manière à acquérir une expertise de référence et des savoir-faire d’excellence. Ils ne visent pas à une compétition, mais bien à une complémentarité avec la médecine générale qu’ils reconnaissent également comme une forme de spécialité d’exercice, essentielle dans la proximité et la coordination des soins.
  • LIBÉRALE : ce terme est sous-tendu par l’idée de liberté et d’indépendance, avec une contrepartie de responsabilité. Certes, comme dans d’autres professions libérales, la médecine est soumise à des règles légales et conventionnelles, mais celles-ci ne doivent pas être en contradiction avec l’éthique médicale, l’intérêt des patients, ou créer des situations déséquilibrées entre les différents secteurs d’exercice de la médecine.

En face de nous se trouve un système politico-administratif hégémonique qui nous impose des contraintes croissantes alors qu’une tendance lourde à la dérégulation des professions paramédicales a été délibérément engagée, prétendument pour « améliorer l’accès aux soins » et résoudre le problème des déserts médicaux.

Mais ce n’est pas tout. L’affaiblissement économique des médecins et la volonté politique de regrouper les établissements a conduit à une financiarisation d’une grande partie des outils indispensables à l’exercice de la médecine libérale spécialisée. Dans les établissements, les objectifs de rentabilité économique ont pris le pas sur le service médical rendu et les conditions de travail se dégradent pour tous les soignants. Le mouvement de « consolidation » des cliniques étant en train de s’achever, les appétits financiers se tournent vers d’autres opportunités : la biologie, l’anatomo-pathologie, la radiologie, l’ophtalmologie… Des centres de santé adoptent des procédures de facturation qui seraient condamnées dans un cabinet libéral. Des actes non rentables, comme en sénologie, sont voués à disparaître. Personne ne trouve à y redire ni à y remédier.

Nos politiciens paraissent sourds à nos alertes et manquent singulièrement d’écoute et d’imagination pour rétablir un projet de santé équilibré et pragmatique, dans lequel chacun pourra s’investir pleinement. Avenir Spé s’apprête à publier un set de propositions qu’il soumettra aux différents candidats à l’élection présidentielle. Ce projet servira également de grille de lecture des différents programmes.

Au delà de cette démarche, nous appelons à l’organisation d’un Grenelle de la Santé où chaque acteur devra être entendu, sans mépris ni préjugé idéologique, dans le seul but de redéfinir des objectifs communs et de s’accorder sur un système de santé équitable et motivant.

Patrick Gasser
Président d’Avenir Spé

Vie politique et conventionnelle

docteur

Comparatif des programmes santé des candidats à l’élection présidentielle

Nous avons commencé à collecter les programmes des candidats à l’élection présidentielle, de manière à faciliter la comparaison entre leurs propositions pour la santé. Sans surprise, les attentions sont focalisées sur l’Hôpital public et il n’y a pas grand chose sur la médecine spécialisée libérale. Dans quelques jours, Avenir Spé publiera sa propre plateforme d’analyse et de propositions…

Retrouvez ici notre synthèse qui sera mise à jour régulièrement.


logo URPS Nouvelle Aquitaine

L’URPS Nouvelle Aquitaine lance une enquête prospective sur l’attractivité et l’avenir de la médecine libérale

Cette étude est menée en partenariat avec Mazars et Le Quotidien du médecin. Le but est de dégager les tendances qui se profilent, d’imaginer et proposer des hypothèses nouvelles et de diffuser un rapport de recommandations.

Tous les médecins spécialistes libéraux sont invités à y participer, qu’ils soient de Nouvelle Aquitaine ou d’ailleurs en France. Il ne faut pas plus de 20 mn pour remplir ce questionnaire très bien fait ! Cliquez ici…

Ce que rapportent les étudiants en médecine à l’État

Egora poursuit son analyse détaillée du rapport coût des études / bénéfice économique des étudiants et internes en médecine.

Ainsi, en formant un médecin généraliste pendant neuf ans dont trois d’internat, le gain total pour l’État est de 210  085€. En formant un médecin spécialiste pendant 11 ans dont cinq d’internat, le gain pour l’État est de 366  587€. Lire l’article du 20/01/2022 →


logo Assurance maladie

Programme des groupes de travail conventionnels

En vue de la préparation de la Convention 2023, l’Assurance maladie a programmé de son propre chef une série de réunions de travail :

  • Santé publique et ROSP, le mercredi 9 mars 2022
  • Démographie / attractivité de la profession, le jeudi 7 avril 2022
  • Pratiques tarifaires, le jeudi 19 mai 2022
  • Rémunérations forfaitaires, le jeudi 9 juin 2022

La méthode est toujours la même. La CNAMTS se place en leader en imposant les sujets de discussion et en annonçant ses propositions selon une ligne politique déjà décidée. Les syndicats, placés en situation subordonnée n’ont d’autre possibilité que de réagir sur les détails de mise en œuvre.

Avenir Spé s’élève contre cette dynamique perverse et exige un rééquilibrage de la mécanique conventionnelle.

Effets de la COVID 19

chirurgiens

Déprogrammations et perte de chance : les échos de notre alerte

L’alerte lancée par Avenir Spé début janvier a trouvé un écho dans plusieurs médias importants. Témoignages de médecins, de chirurgiens et de patients ont donné corps à cette campagne d’information et de protestation.


Brève revue de la presse écrite et télévisée :


La France a connu au printemps 2020 une crise sanitaire sans précédent sur les plans sanitaire et sociétal due à la pandémie de COVID-19. Lors de cette première vague les hôpitaux ont fait face à un afflux important de patients dans les secteurs de Réanimation. Des mesures exceptionnelles ont été mises en place, pour permettre au système de soins de tenir. Au sortir de cette première vague des propositions ont été faites afin d’optimiser l’organisation des soins critiques. Dans ce contexte, la Société française de réanimation a mené une enquête déclarative auprès des services de réanimation français en janvier 2021, destinée à produire un état des lieux. L’objectif principal de cette enquête était de déterminer si les mesures revendiquées par les soignants et affichées par l’exécutif étaient effectives.

Grâce à cette étude, la Société française de réanimation a ainsi pu démontrer qu’aucun des lits supplémentaires ouverts pendant la première vague épidémique n’a été pérennisé. Plus inquiétant encore, 13% des 114 services répondeurs soulignent que le ratio d’une infirmière pour 2,5 patients n’est pas respecté par manque de personnels formés et disponibles. Ces éléments confirment qu’à l’heure actuelle, aucune mesure n’a été prise pour améliorer un capacitaire historiquement et conjoncturellement déficitaire. Cette indispensable correction ne pourra s’opérer qu’avec le recrutement, la formation et la stabilisation d’équipes soignantes spécialisées, médicales et paramédicales.

Lire l’article →

Communiqués des spécialités

logo SNPF

Ne négligez pas le suivi médical des enfants ! Les pédiatres libéraux alertent

Seuls les pédiatres (quels que soit leur mode d’exercice) sont qualifiés eu égard à une formation longue et experte, un regard parfaitement holistique sur l’enfant et le lien si privilégié à sa famille / fratrie. L’importance d’un suivi longitudinal, du temps long, d’un regard global éclairé de techniques spécifiques pour dépister certains troubles sont les spécificités uniques de la profession. En faire l’économie, c’est mettre tous les enfants en risque.

Réserver le pédiatre pour la deuxième ligne, ou pour un suivi de patients souffrant de pathologies chroniques, c’est aussi augmenter l’errance diagnostique, ou ne pas assurer les dépistages essentiels sensori-moteurs ou cognitifs.

Lire le communiqué de presse →


logo SNOF

Retour sur le PLFSS et ses conséquences : centres de santé, accès direct aux orthoptistes

Conférence de presse du 14 janvier 2022. Cliquez ici

Délais de rendez-vous : quelles avancées depuis 5 ans par la filière visuelle ?

Résultats de la 3ème étude sur les délais de rendez-vous en ophtalmologie réalisés par l’institut CSA

Pour un nouveau patient, les délais moyens sont passés de 90 jours en 2017 à 49 jours en 2021 ; les délais médians sont passés de 66 jours à 26 jours, soit une diminution de 61 %

Lire l’étude →

Coordination et délégation de tâches

infirmière

Les spécialistes soutiennent les infirmières

« Le bon soignant au bon moment et pour le bon acte » ; voici comment Avenir Spé résume la question du manque de soignants et les enjeux de fuite de « bras » dans les établissements.

Lire l’interview du Dr Gasser →

Numérique en santé

logo Ministère des solidarités et de la santé

La télésurveillance en passe d’entrer dans le droit commun

Le programme d’expérimentation ETAPES (Expérimentations de Télémédecine pour l’Amélioration des Parcours en Santé) s’achève. Conformément à l’article 36 de la LFSS 2022, la télémédecine va entrer dans le droit commun, selon des modalités précisées par le ministère de la Santé : périmètre d’activité, obligation d’utiliser un dispositif médical, évaluation par la HAS, modèle organisationnel, rémunération forfaitaire.

Lire l’article détaillé →


logo Assurance maladie

Groupe de travail conventionnel sur la télémédecine

Le groupe de travail, issu de l’Avenant n° 9, s’est réuni le 20/01/2022. Plusieurs thématiques doivent être abordées : la charte de télésanté, les cas dérogatoires au seuil de 20 % d’activité, les nouveaux modes de communication sans contact entre médecins et patients, la téléexpertise synchrone.

Visualisez le diaporama →


logo UNESS

Bug lors des tests de charges de la plateforme UNESS

Le vendredi 21 janvier, un test de charge national de la plateforme de l’Université numérique en santé et sport (UNESS), mobilisant plus de 9 000 étudiants, a été organisé.

Il était censé assurer le bon fonctionnement des futures épreuves classantes nationales blanches. Ce test a été interrompu après seulement 20 minutes : le système de sécurité de la plateforme a identifié les connexions des étudiants comme étant une attaque informatique. Dans un communiqué de presse, l’ANEMF dénonce un fiasco, tandis que l’UNESS se défend en affirmant que ce test en amont était un outil d’amélioration et d’anticipation.

Pour en savoir plus, lire l’article suivant sur Egora.fr « Bug lors du test de charge des ECN : l’Uness se défend »

 

Branchet est partenaire d'avenir spé !

Branchet Assistance accompagne les médecins dans la gestion de crise : Assistance médico-légale, assistance en infectiologie, assistance psychologique (épuisement professionnel), assistance cyber-sécurité, assistance juridique.

Adhérez en ligne !

En adhérant à Avenir Spé, vous bénéficiez d’informations de première main, vous êtes invité·e aux événements organisés, et vous avez accès aux pages privées du site syndicatavernirspe.fr où des informations utiles à votre installation et à votre pratique sont régulièrement mises à disposition.

Nos derniers articles

Découvrez le JT d'Avenir Spé

LES 30 PROPOSITIONS DE L'AMIF POUR LA SANTÉ EN IDF
L’#Association des Maires d'Ile de France vient de publier un livre blanc pour la #santé. Ce travail est le fruit d'un questionnaire envoyé à 1.268 #Maires et de quarante entretiens avec des personnalités et organismes représentatifs. Trente propositions concrètes sont issues de ces consultations. Véronique Lamarque-Garnier, référente de la commission santé de l'#AMIF revient sur ces recommandations au micro de Jean Claude Durousseaud, pour le Le JT Avenir Spé.

INTEROPÉRABILITÉ & PORTABILITÉ
A l'heure où tous les #médecins #libéraux opèrent leur révolution numérique, quelques notions restent floues pour certains. Dans cette interview avec Francis Mambrini Président de la FEIMA Fédération (Fédération des éditeurs d’informatique médicale et paramédicale ambulatoire) Le JT Avenir Spé revient sur les concepts de #portabilité et d'#interopérabilité. Ces deux notions sont complémentaires et permettront la mise en place des nouvelles organisations numériques.

STRESS, BURN OUT, IDEES SUICIDAIRES
LES SOIGNANTS SONT EN DANGER
Les chiffres sont alarmants. Plus de 25% des soignants ont eu des idées #suicidaires. Près de 50% des jeunes médecins sont menacés de Burn out. Un tiers des #médecins sont en Burn out avéré, un tiers en Burn out potentiel et un tiers seulement est épargné.
Loin de s'améliorer, la situation s'est aggravée avec la crise #Covid, le déficit de personnel, la demande de "productivité" et la lassitude généralisée des équipes soignantes.