L’épidémie de bronchiolite : révélatrice de la crise de la pédiatrie

Nov 15, 2022

logo SNPF
 

L’origine de la prise de conscience : l’épidémie de bronchiolite.

L’épidémie de bronchiolite débutée fin octobre est à la fois précoce et virulente. Cette situation exceptionnelle a conduit le ministre de la santé et de la prévention, François Braun, à déclencher le plan ORSAN prévu dans les situations sanitaires exceptionnelles pour tous les hôpitaux français.

Le 21 octobre dernier, plus de 7 000 soigants ont dénoncé dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron la saturation des services pédiatriques hospitaliers, des conditions de travail et une prise en charge inadaptées des enfants qui les met « quotidiennement en danger« .

Le milieu hospitalier n’est pas le seul concerné : les cabinets pédiatriques sont aussi en situation de saturation. Depuis près d’un mois, la demande de consultations non programmées a fortement augmenté. La précocité de l’épidémie a pris de court les pédiatres libéraux, et notamment le fait qu’elle touche plus de tout-petits qu’habituellement (bébés âgés de moins de 3 mois).

Pourquoi parle-t-on de la crise de la pédiatrie aujourd’hui ?

L’épidémie de bronchiolite survient dans une conjoncture particulièrement difficulte pour la pédiatrie, qui rencontre de grandes difficultés à attirer les praticiens dans tout le territoire français. Cette pénurie de spécialistes concerne aussi bien le milieu hospitalier que le milieu libéral, comme en atteste un rapport de l’IGAS publié en 2020. Une étude de l’UFC-Que Choisir, publiée mardi 8 novembre, indique également qu’un quart des enfants de moins de 10 ans vivraient sans pédiatre à moins de 45 minutes de route.

Cette situation risque, malheureusement, de s’aggraver à cause des départs à la retraite, non remplacés, faute de jeunes praticiens disponibles. Selon l’IGAS, 44% des pédiatres libéraux avaient plus de 60 ans en 2020. Selon Brigitte Virey, présidente du Syndicat National des Pédiatres Français (SNPF), cette pénurie de jeunes praticiens est notamment due au numerus clausus, qui a limité pendant des années le nombre d’étudiants pouvant choisir la pédiatrie comme spécialité.

« Cela fait 20 ans que l’on réclame la formation de 600 pédiatres en internat par an, alors qu’à cette époque, seulement 250 pédiatres étaient formés« , rappelle le Docteur Brigitte Virey.

Le numerus clausus n’est pas la seule source du problème. En pédiatrie, le besoin impérieux dans le milieu hospitalier quant à la permanence et la continuité des soins n’attire pas. Or, les envies des jeunes générations évoluent : ils veulent un meilleur équilibre vie professionnelle et vie personnelle. Cette effet de génération induit donc un besoin accru de jeunes pédiatres : pour remplacer un départ à la retraite, il faut 1,5 voire deux jeunes pédiatres.

Les pédiatres dénoncent également un manque de moyens et de reconnaissance de leur spécialité. En effet, les pédiatres libéraux se situent en bas de l’échelle des revenus des médecins libéraux, avec un revenu inférieur à celui des médecins généralistes (cf rapport pré-cité).

Que réclament les pédiatres libéraux pour sortir de cette crise ?

Depuis des années, le SNPF réclame plus de moyens et une meilleure reconnaissance. « Il faut reconnaître l’expertise des pédiatres, fait valoir Brigitte Virey. On nous demande toujours de nous justifier, que ce soit au niveau des médecins généralistes ou des autres spécialistes, ce qui rend la spécialité très peu attractive. »

D’autres leviers existent pour répondre aux enjeux de la démographie médicale. Des « maisons pédiatriques » sont créées. Elles regroupent des pédiatres, des infirmières puéricultrices, des psychologues, des kinés… Avenir Spé défend également le déploiement d’équipes de soins spécialisées – des « ESS » – où les médecins volontaires pourraient se regrouper virtuellement et pallier les manques dans les déserts médicaux. Ce type de réorganisation existe déjà pour la dermatologie, en région parisienne. Accéder au communiqué de presse.

Quelle réponse du gouvernement ?

Le Ministre de la santé et de la prévention, François Braun, a annoncé le 2 novembre une enveloppe de l’ordre de 400 millions d’euros d’aides aux services en tension « dont les services de pédiatrie » dont plus de 250 millions seront dédiés au doublement des heures de nuit pour tous les personnels hospitaliers (sauf pour les médecins : 1,5).

Encore une fois, les pédiatres libéraux ont été oubliés. Il est nécessaire de mettre en place une stratégie à court-terme pour redonner aux jeunes générations l’envie de choisir la pédiatrie comme spécialité d’exercice.

Retour à la lettre n°42.

 

Paris, le 17/11/2022 

Communiqué de presse

Avenir Spé partage la colère des médecins et demande une réponse crédible des tutelles.

AVENIR SPE déplore l’effondrement actuel du système de santé, conséquence de trente ans d’administration à courte vue, ignorant délibérément les réalités du monde médical. La désertification des territoires reculés s’accompagne maintenant d’une pénurie généralisée de compétences médicales. 

AVENIR SPE, syndicat des spécialités d’expertise clinique et technique, partage la colère des médecins de terrain, libéraux et salariés, et soutient le mouvement de protestation engagé. 

AVENIR SPE travaille depuis de nombreuses années à des propositions construites pour établir un système rationnel, équitable et attractif. Ces propositions ont, jusqu’à présent, été dédaignées par les tutelles qui n’ont su ni voir ni prévoir les évolutions démographiques et culturelles, se cantonnant dans des raisonnements datant des années 1980. 

Il appartient à présent aux Parlementaires, au Gouvernement et à l’Assurance maladie d’abandonner leurs positions dogmatiques et de co-construire avec les représentants légitimes des médecins, une rénovation durable de notre système de santé, financé par un budget à la hauteur des enjeux.

Contact presse : 

Dr Patrick Gasser

drpatrickgasser@gmail.com

0610277767

 

 

Adhérez en ligne !

En adhérant à Avenir Spé, vous bénéficiez d’informations de première main, vous êtes invité·e aux événements organisés, et vous avez accès aux pages privées du site syndicatavernirspe.fr où des informations utiles à votre installation et à votre pratique sont régulièrement mises à disposition.