La Lettre n°41 : septembre 2022

Sep 15, 2022

Dr Patrick Gasser

PLFSS 2023 : menaces et propositions

Après un été caniculaire, voici venir une rentrée explosive à plus d’un titre. Aucune solution miraculeuse, ni à court ni à long terme n’a été trouvée pour remédier à la pénurie médicale. Plus que jamais, le climat de surenchère politicienne fait planer la double menace d’un conventionnement contraignant à l’installation et d’une attaque en règle contre le Secteur 2.

Bien sûr, nous savons bien qu’un conventionnement sélectif ne résoudra rien car la pénurie gagne tous les territoires, y compris les grandes villes. Cela dépasse d’ailleurs le cadre de la médecine, puisqu’on retrouve une pénurie de personnes qualifiées chez les paramédicaux, chez les enseignants, dans le bâtiment, la restauration… bref, dans tous les domaines économiques. D’autre part, à moins de se retrouver dans un pays totalitaire, il n’est pas possible d’obliger un médecin à s’installer où que ce soit contre son gré.

Il faut aussi rappeler que le secteur 2 a été créé devant le constat que l’Assurance maladie n’avait plus les moyens financiers de suivre l’évolution des honoraires médicaux. De fait, les honoraires opposables ont été quasiment gelés depuis quarante ans. Les médecins restés en secteur 1 ont compensé cette dévalorisation insidieuse par une augmentation de leur activité et en se privant de secrétaire, mais il ne leur est plus possible d’en faire plus. Même dans les spécialités les mieux loties, l’effet de ciseau se fait sentir. L’OPTAM n’a fait que geler les situations acquises et n’ouvre plus de perspective positive. Pourtant, une grande majorité de la population dispose d’une mutuelle, à laquelle les employeurs apportent leur contribution. S’ils sont raisonnables, les compléments d’honoraires devraient être parfaitement solvabilisés et il n’y a pas de raison rationnelle d’en faire un sujet de polémique.

Pour Avenir Spé, la médecine spécialisée peut, et doit être, réorganisée à deux niveaux :

  • La plateforme de soins spécialisés que constitue le cabinet médical, lieu où l’exercice se fait de plus en plus en groupe et de manière collaborative, avec un outil d’accueil et de gestion (le secrétariat) et différentes formes d’assistance à la pratique : assistants médicaux, infirmières traditionnelles ou de pratique avancée, orthoptistes, kinésithérapeutes et autres professionnels de santé qui peuvent être salariés ou eux-mêmes libéraux. À nos yeux, cette plateforme est une entreprise qui doit pouvoir fonctionner sainement sur la base d’une juste valorisation des services rendus aux patients et non sur des subventions imposant souvent des contraintes arbitraires. Les tarifs opposables ne permettent plus un tel équilibre budgétaire. Les sur-tarifications frauduleuses d’un bon nombre de centres de santé et la faillite de certains autres en sont la preuve.
  • La mise sur pied d’une organisation collective permettant de formaliser et mettre en réseau les ressources disponibles pour mieux répondre aux besoins de la population : c’est le sens que nous donnons aux Équipes de Soins Spécialisés (ESS). Ce projet doit être géré de manière souple et pragmatique, pour être crédible, attirer les bonnes volontés et s’étendre rapidement. Les financements doivent être clairement fléchés vers ceux qui, sur le terrain, apportent une valeur ajoutée, et mettre de l’huile dans les rouages, notamment en matière de prestations non prises en charge dans le cadre de la nomenclature des actes professionnels. Le plan de soins personnalisé cautionné par l’ESS peut être un gage de pertinence.

Il faut que cette réorganisation puisse bénéficier d’une garantie de pérennité car on ne peut plus demander aux médecins de s’investir dans des projets d’envergure dont les financements peuvent être arbitrairement coupés d’une année à l’autre. Dans le contexte économique actuel, il est incontournable de prévoir une indexation des tarifs et des financements sur l’inflation.

Tous ces propos ne sont pas des paroles en l’air. Depuis des mois et des années, Avenir Spé a travaillé avec les syndicats de spécialité à définir ses concepts et à les décliner dans des documents de travail élaborés. Aux décideurs politiques et administratifs d’en prendre acte et de travailler sérieusement avec nous.

Patrick Gasser
Président d’Avenir Spé

Les tribunes Avenir Spé

Financiarisation

La médecine malade de la financiarisation

Dans une tribune, Jean-Pascal Devailly, président du SYFMER, nous explique ce qu’est la financiarisation, comment elle impacte le secteur de la santé et en quoi l’innovation est l’élément primordial de la réconciliation entre la valeur financière et le sens de l’action.

Accéder à la tribune de Jean-Pascal Devailly →

Retrouver notre communiqué de presse estivale, toujours d’actualité, sur l’exercice des professionnels de santé dans les établissements de soins →


Médecin patient

Le Secteur 2 : histoire et perspectives

Bête noire de beaucoup de politiciens de tous bords, le Secteur 2 est pourtant des plus indispensables à un exercice indépendant de la médecine spécialisée. Nous faisons ici le point sur l’histoire de ce « secteur à honoraires libres », sur l’OPTAM qui a visé à l’encadrer puis à l’étouffer, et sur les points majeurs qu’Avenir Spé, uni au BLOC, devra négocier en vue de la prochaine convention de 2023. Au passage, quelques conseils pratiques aux jeunes médecins…

Accéder à la tribune de Georges de Korvin →

La formation : quel changement pour 2023-2025 ?

andpc

Les orientations nationales prioritaires du DPC 2023-2025

L’arrêté du 7 septembre 2022 établit la liste des orientations prioritaires du DPC mises en place à partir du 1er janvier 2023. Alors qu’elles portent sur trois axes d’amélioration et de renforcement, deux nouveautés sont au programme pour ces trois prochaines années.

En savoir plus…


Aforspé

Découvrez le nouveau site Aforspé, l’organisme de formation associé à Avenir Spé.
Le découvrir…

L’actualité de nos spécialités !

Syndicat National des Ophtalmologistes de France SNOF

Le renouvellement des lunettes par les opticiens (enquête SNOF)

Le SNOF a publié en juillet dernier les résultats d’une enquête complétant celle de 2019 sur la mesure qui autorise les opticiens-lunetiers à renouveler et adapter les verres correcteurs à partir d’une ordonnance médicale encore valide.

Accéder à l’enquête →

La répartition et les installations des ophtalmologistes en France (étude SNOF)

Le 12 septembre dernier ont été publiés les résultats d’une étude du SNOF portant sur le maillage du territoire en ophtalmologues.

Accéder à l’étude →


logo SNDV

Enquête nationale réalisée auprès des dermatologues par le SNDV

L’objectif ? Réaliser un état des lieux dans sa spécialité, faciliter les échanges entre confrères et consœurs et créer un répertoire solide.

Participer à l’enquête du SNDV →

Professions de santé : pour en finir avec le système des quotas

Logo LISA Dans une note publiée le 14 septembre dernier, le think tank LISA, Laboratoire d’Idées Santé Autonomie, revient sur les systèmes de quotas.

Lire la note →

Rapport du HCAAM : l’organisation des soins de proximité

Rapport du HCAAM : garantir l’accès de tous à des soins de qualité

La version définitive de l’avis du HCAAM sur l’organisation des soins de proximité est désormais disponible. Ce rapport traite des mesures immédiates pour garantir l’accès aux soins et de leurs mises en oeuvre.

Lire le rapport détaillé →

Les dépenses de santé en 2021 : l’état des lieux de la DREES

Les dépenses de santé en 2021

La DREES a publié le 15 septembre les résultats des comptes de la santé pour l’année 2021, fortement marquée par le covid. Selon la Drees, ces dépenses ont connu leur plus forte augmentation depuis 30 ans. Si tous les secteurs de soins contribuent à cette hausse, les dentistes ainsi que les services hospitaliers et les laboratoires d’analyse en sont les principaux moteurs.

Accéder à la publication de la DREES →

Ségur numérique

Les actualités du numérique en santé

N’oubliez pas ! Les médecins de ville ont jusqu’au 30 novembre pour commander une version de logiciel « référencée Ségur » et ainsi bénéficier des financements prévus par le Ségur numérique.

En savoir plus sur le Ségur du numérique en santé pour les médecins de ville →

Accéder aux solutions référencées Ségur →

Les webinaires Avenir Spé

Retraite et prévoyance : les webinaires Avenir Spé x Médical Conseil

Inscrivez-vous aux prochains webinaires !

Mardi 4 octobre : La défiscalisation pour les nuls → s’inscrire

Mardi 8 novembre : La loi Pinel pour les nuls → s’inscrire

Mardi 6 décembre : Investir en location meublée dans une résidence de tourisme, étudiante ou maison médicalisée → s’inscrire


Médical Conseil

Un tarif préférentiel pour répondre à vos questions sur la retraite et la protection sociale

Grâce à un partenariat avec Médical Conseil, Avenir Spé est en mesure de proposer en exclusivité à ses adhérents la mise à disposition d’une plateforme de conseils indépendante, spécialisée dans la retraite et la protection sociale du médecin libéral grâce à un numéro unique pour un accès direct au 06 14 71 15 62 ou par mail : contact@medical-conseil.fr

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Nos partenaires

Ethicare

Ethicare

Une entreprise « sociale et solidaire » d’audit-conseil pour accompagner les projets d’Avenir Spé.


Branchet

Branchet

Une assurance spécialisé dans la santé qui propose des offres de prévoyance, d’assistance-conseil et de formation.


Jean-Claude Durousseaud

Sur des thèmes en rapport avec l’actualité professionnelle et les projets d’Avenir Spé, Jean-Claude Durousseaud interview des experts afin de fournir dix minutes d’information de source directe, publiées sur le réseau LinkedIn →


Médical Conseil

Médical Conseil

Lionel Viennois, gérant de médical conseil, est un spécialiste de la couverture sociale. Il propose un conseil individuel à un tarif préférentiel pour les adhérents à Avenir Spé et anime chaque mois un webinaire pour Avenir Spé.


FEIMA

FEIMA

La fédération représentative des éditeurs d’informatique du secteur ambulatoire regroupe les éditeurs impliqués dès la première heure dans le couloir médecine de ville du programme Ségur Numérique.

Branchet est partenaire d'avenir spé !

Branchet Assistance accompagne les médecins dans la gestion de crise : Assistance médico-légale, assistance en infectiologie, assistance psychologique (épuisement professionnel), assistance cyber-sécurité, assistance juridique.

Adhérez en ligne !

En adhérant à Avenir Spé, vous bénéficiez d’informations de première main, vous êtes invité·e aux événements organisés, et vous avez accès aux pages privées du site syndicatavernirspe.fr où des informations utiles à votre installation et à votre pratique sont régulièrement mises à disposition.

Nos derniers articles

Découvrez le JT d'Avenir Spé

LES 30 PROPOSITIONS DE L'AMIF POUR LA SANTÉ EN IDF
L’#Association des Maires d'Ile de France vient de publier un livre blanc pour la #santé. Ce travail est le fruit d'un questionnaire envoyé à 1.268 #Maires et de quarante entretiens avec des personnalités et organismes représentatifs. Trente propositions concrètes sont issues de ces consultations. Véronique Lamarque-Garnier, référente de la commission santé de l'#AMIF revient sur ces recommandations au micro de Jean Claude Durousseaud, pour le Le JT Avenir Spé.

INTEROPÉRABILITÉ & PORTABILITÉ
A l'heure où tous les #médecins #libéraux opèrent leur révolution numérique, quelques notions restent floues pour certains. Dans cette interview avec Francis Mambrini Président de la FEIMA Fédération (Fédération des éditeurs d’informatique médicale et paramédicale ambulatoire) Le JT Avenir Spé revient sur les concepts de #portabilité et d'#interopérabilité. Ces deux notions sont complémentaires et permettront la mise en place des nouvelles organisations numériques.

STRESS, BURN OUT, IDEES SUICIDAIRES
LES SOIGNANTS SONT EN DANGER
Les chiffres sont alarmants. Plus de 25% des soignants ont eu des idées #suicidaires. Près de 50% des jeunes médecins sont menacés de Burn out. Un tiers des #médecins sont en Burn out avéré, un tiers en Burn out potentiel et un tiers seulement est épargné.
Loin de s'améliorer, la situation s'est aggravée avec la crise #Covid, le déficit de personnel, la demande de "productivité" et la lassitude généralisée des équipes soignantes.