Financiarisation de la médecine et biologie médicale : des labos de quartier aux multinationales

Un article du Monde Diplomatique dénonce la main-basse sur les analyses et les médicaments. On peut ne pas être d’accord sur tout, mais le mécanisme est bien démonté.

Nous avons déjà affirmé que la loi Rist, en faisant sauter la sécurité de la prescription médicale, fût-ce celle du MG, favorise la généralisation des chaînes industrielles à « auto-prescription » sous contrôle financier !

Seule une déréglementation à outrance de la médecine, comme lors des lois révolutionnaires (d’Allarde et Le Chapelier) où il suffisait de dire « je suis compétent » pour qu’on vous croie et que le marché reconnaisse les siens, peut favoriser les fonds d’investissement. C’est de l’ultra-libéralisme économique, mais pas du libéralisme médical qui suppose la protection des citoyens par la réglementation de l’exercice de l’art médical. Je me navre que tant de spécialistes ne le voient pas. Ils pleureront trop tard.

Dr Jean-Pascal DEVAILLY. PH et président du SYFMER

En anatomo-cyto-pathologie aussi, tout le monde souhaite faire travailler et faire évoluer nos techniciens ; par exemple, en devenant « macroscopiste » ou « cytologiste » alors, que la responsabilité reste médicale.  Je pense qu’il n’est pas honnête de faire croire à une réelle évolution des métiers. Cela n’est rendu possible par un « tronçonnages » de l’acte médical. Or, il ne faut pas oublier que l’acte médical couvre tout et reste sous la responsabilité du médecin.

Dr Jérome CHETRITT. Président d’IHP Group

Lettre ouverte

Paris, 13 février 2024 Avenir Spé - LE BLOC, premier...

Adhérez en ligne !

En adhérant à Avenir Spé, vous bénéficiez d’informations de première main, vous êtes invité·e aux événements organisés, et vous avez accès aux pages privées du site syndicatavernirspe.fr où des informations utiles à votre installation et à votre pratique sont régulièrement mises à disposition.